Tryo : le covoiturage pour accéder au concert permet d’émettre moins de Co2

Aller en concert en voiture, why not, mais en covoiturage, c’est encore mieux ! C’est l’un des instruments du groupe Tryo pour réduire de 5 à 10% le bilan carbone d’un concert (environ 140 tonnes de Co2 pour un événement).

« Cela faisait déjà un moment qu’on travaillait avec Greenpeace, mais cette fois on a voulu faire un peu plus que d’habitude. On est reparti ensemble sur le dernier album « Ce que l’on sème » (sorti en septembre 2008, ndlr), en commençant par la conception même du disque. On a essayé de faire un objet le moins polluant possible, avec des matériaux recyclés et qui peut être recyclé. On savait aussi que Greenpeace préparait la conférence de Copenhague, et on s’est demandé ce qu’on pouvait faire ensemble pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et sensibiliser sur cette question.
On a donc entrepris de faire un bilan carbone, à l’automne, sur une tournée de petites et moyennes salles, avec l’aide d’associations. Cela comprend plusieurs choses, l’impact du public et le nôtre. On a interviewé 20.000 personnes sur les
70.000 qu’on a croisées sur cette période sur les déplacements, la moindre canette utilisée, l’eau et l’électricité consommées chaque soir… On est ensuite reparti dans les Zénith au printemps et on a essayé de mettre en application les résultats de ce bilan. On s’est rendu compte que le public était un des gros pollueurs de l’histoire, même si la pollution du groupe n’était pas non plus anodine. Si je me souviens bien, cela revenait à 120 tonnes dégagées pour le public et 14 tonnes pour Tryo. Ça nous a montré qu’on avait beau avoir nos chansons et nos valeurs, on n’était pas écolo à 100%. On a mis en place un covoiturage sur notre site internet, on a amené le tri sélectif dans les Zénith, on a apporté des gobelets lavables, on a essayé avec les caterings de travailler sur de la bouffe locale. Avec toutes ces petites choses, on a réussi à diminuer de 5 à 10 % les émissions de CO2 de la tournée qui a suivi. C’est loin d’être parfait, ce genre d’initiative ne se fait pas du jour au lendemain. Par exemple, le covoiturage est très long à mettre en place. »

On peut ajouter que le covoiturage est rendu de plus en plus accessible avec le développement du marché des téléphones mobiles, notamment les smartphones. Avec une connection 3G ou Wifi et les possibilités qu’offre la géolocalisation, le concept de covoiturage en temps réel (ou CTR) va permettre. Une start-up incubée à Sciences Po avec le soutien d’Oseo et de l’Ademe, Covivo, s’est lancé sur cette part du marché du covoiturage. Dès qu’ils sont connectés au réseau Covivo (via leur iPhone, par exemple), conducteurs et passagers sont informés en temps réel des possibilités de covoiturage. Cette innovation, portée par deux Lorrains, Matthieu Jacquot et Marc Grosjean, est également soutenue par la région Lorraine.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/environnement/20091119.OBS8257/tryo_chante_pour_copenhague__la_chanson_vehicule_aussi_.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s