Le phénomène du covoiturage gagne l’Asie

Ces dernières années, en Asie, de nombreux services de covoiturage fonctionnant grâce à un système de peer-to-peer fleurissent avec beaucoup de succès. Les entrepreneurs sont de ce point de vue très optimistes quant à l’avenir de ces initiatives.

A Singapour, il existe déjà depuis longtemps des sites internet participatifs, proposant des services de covoiturage, tels que TompangBuddy et CarpoolKing. Mais aujourd’hui, ce phénomène est en train de prendre un tournant inédit. Un deuxième concept de covoiturage qui vient de naître tout récemment bénéficie déjà d’une importante couverture médiatique. Désormais, des start-up, comme Dot-Com, offrent aux utilisateurs la possibilité d’accéder plus rapidement et plus facilement aux services de covoiturage via leur smart-phone, grâce à une application très simple et ultra rapide. Cette nouvelle pratique semble s’adapter parfaitement aux nouvelles sensibilités modernes.

Ces start-up s’inscrivent dans la lignée des concepts d’autopartage et de taxi partagé, certaines proposent même les deux. Voici quelques exemples très inspirants de ces entreprises qui sont en train de prendre toute leur place dans les pratiques des asiatiques.

IcarClub est un site internet innovant qui sera ouvert au public en novembre prochain. Les entrepreneurs sont actuellement en train de mettre en place un réseau de propriétaires de voitures. Celles-ci pourront être mises à la disposition des autopartageurs grâce à internet. Ils tentent actuellement de mettre au point un système d’accès aux véhicules sécurisé, sans clef, ainsi qu’un logiciel permettant une bonne gestion du carburant. Un important système d’antivols sera installé sur chacun des véhicules. La start-up gagnera alors 15 % du montant de chaque location et se chargera de l’assurance des voitures mises en circulation.

Dans le domaine du taxi partagé, on peut faire honneur aux bonnes idées de la start-up GoMyWay, qui vient de démarrer ses activités en août dernier. Elle proposera à des usagers allant dans les mêmes directions, de partager un taxi. L’application qu’ils ont créée est particulièrement bien sécurisée, permettant une protection efficace des données personnelles des utilisateurs.

Certaines entreprises choisissent de mener ces deux combats simultanément, en proposant à la fois des services de covoiturage et de taxi partagé, aussi bien via un site web que grâce à une application. Ainsi, MyRideBuddy et Share Transport.sg semblent pour l’instant mener leurs initiatives vers une grande prospérité. ShareTransport.sg affirme ainsi sur son site internet ((http://www.sharetransport.sg) avoir réuni plus de 8800 membres depuis mars dernier. Il offre même désormais un service de partage de bus.

A Singapour, les habitants se réjouissent. En effet, les coûts élevés que représente l’investissement dans un véhicule, non seulement à l’achat mais à l’entretien, représentent souvent un fort facteur de dissuasion. Les services de taxi publics sont eux aussi relativement chers. Dans le reste de l’Asie, où l’on retrouve souvent une situation similaire, le covoiturage commence également à connaître de beaux jours, malgré les réticences formulées par les chauffeurs de taxis et les responsables des transports publics.

Selon Forbes, il y a177 millions de voitures en Asie. Les routes de nombreuses villes sont alors souvent victimes d’embouteillages importants, et les paysages urbains sont souvent noircis par la pollution. Les services de covoiturage apparaissent donc comme des solutions efficaces pour résoudre ces problèmes puisqu’ils permettent de diminuer le nombre de véhicules en circulation, tout en offrant aux utilisateurs de la route la possibilité de mieux rentabiliser l’achat d’une voiture.

http://e27.sg/2012/10/02/icarsclub-introduces-peer-to-peer-car-rentals-in-singapore/

http://sgentrepreneurs.com/2012/10/03/trend-alert-explosion-of-peer-to-peer-rideshare-services-in-singapore-parts-of-asia/#more-44257

Publicités

Une réflexion sur “Le phénomène du covoiturage gagne l’Asie

  1. Bonjour,

    Votre blog est vraiment bien tourné !

    Attention à ne pas confondre « partage de voiture » (peer-to-peer et carsharing) avec le « covoiturage ». Dans les deux premiers concept il y a la notion de possession de la voiture pour un temps donné, pour le covoiturage il s’agit de mettre à disposition sa voiture pour un trajet donné (le passager ne détient aucune « part » de la voiture).

    Le titre de cet article peut prêter à confusion car on passe du covoiturage dynamique au peer-to-peer qui ne sont pas les mêmes concepts.

    Bonne journée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s