Nouvelles mobilités et consommation collaborative

Service et infrastructure sont deux notions-clé dans la problématique des nouvelles mobilités et l’on pourrait croire que les solutions innovantes passeraient toutes par un processus de développement de lignes ou de plateformes. Et si l’on pensait collaboration et amélioration de l’existant ? Comme le soulignait dernièrement Christian Proust, Président du Syndicat mixte des transports en commun du Territoire de Belfort, les moyens financiers nécessaires à la création de nouvelles infrastructures correspondant aux besoins futurs  de déplacement dépassent les capacités financières des pouvoirs publics.

Sur le territoire de Belfort, l’option retenue est celle de réfléchir à partir des attentes précises de l’usager, en utilisant des outils statistiques fins permettant une compréhension précise des déplacements – leur quantité, leur fréquence, leur objectif. Cette approche « matrice » implique de revoir la logique de propriété au profit de l’usage, d’où des économies substantielles pour les ménages comme pour l’Etat et les collectivités territoriales.

Ces réflexions sont à replacer au sein des débats sur la consommation collaborative et l’économie du partage où les questions de mobilité partagée ont toute leur place. Dans Vive la corévolution d’Anne-Sophie Novel (à paraître le 23 mai), l’accent est mis sur le passage d’une société de l’accumulation et de la propriété vers un monde du partage et de l’accès. L’idée est notamment de mettre en avant les marges de manoeuvre de l’usager automobile dans un contexte d’appréciation du prix du carburant et de congestionnement accru des axes de circulation.

Lire la suite

Entreprise et covoiturage

Le 4 avril dernier, le Monde publiait un article intitulé « Ces entreprises qui soutiennent le covoiturage ». Covoiturage.pro, ecolutis, comuto (par covoiturage.fr)… Les sites spécialisés dans le covoiturage professionnel fleurissent sur la toile. Ils ont su trouver leur public, alors pourquoi les entreprises ne proposent-elles pas le service en interne ?

Si les particuliers sont déjà nombreux à le pratiquer, le covoiturage peine à séduire les comités d’entreprise. La principale réticence des employés quant à l’utilisation de ce mode de transport pour leurs voyages pendulaires vient du manque d’autonomie. Avec sa propre voiture, on part quand on veut et on rentre quand on veut. Et puis on est pas tous voisins avec ses collègues.
Pour ceux qui sont réglés comme des horloges, reste encore l’angoisse du « Est-ce que je vais pouvoir rentrer chez moi ? ». Le matin, pas de soucis, tout le monde arrive à peu près en même temps. Mais ça file en douce à partir de 15h30 en « fin » de journée et le risque de se retrouver tout seul sur le parking grandit de minute en minute. Green Monkeys, site de covoiturage dynamique, rassure les victimes potentielles en leur payant le taxi.
Malgré toutes ces difficultés insurmontables, certaines structures parviennent à lancer le mouvement. Les salariés de Pôle Emploi en région PACA, sont ainsi encouragés à organiser leurs déplacements professionnels à plusieurs avec Green Monkeys et les voitures de leur employeur.  Le système devrait permettre à Pôle Emploi PACA d’économiser 540 000 euros par an. On a pensé aussi aux trajets domicile – lieu de travail mais cette fois-ci c’est payant pour les usagers puisque ce sont les véhicules personnels des employés qui sont utilisés. Le conducteur, lui, gagne 0,15 euros par kilomètre et par passager.

Tour d’horizon des services de covoiturage régionaux

Classique
De nombreuses régions ont déjà mis en place ce type de service. Ils se concentrent sur les trajets pendulaires type domicile-travail. Des applications pour smartphones sont disponibles. Elles servent à se géolocaliser et à trouver des covoitureurs près de soi. On approche du covoiturage dynamique mais on ne peut toujours pas prendre un covoiturage en cours de route et en direct, les trajets se réservent à l’avance.
Exemples : Mobigo-bourgogne, Covoiturage.poitou-charentes, Covoiturage-regionpaca

Longues distances
Covoiturage-basse-normandie, en plus des trajets quotidiens, permet de prévoir des trajets plus exceptionnels, sur de plus longues distances en dehors de la région. De plus, le site propose une garantie retour, au cas où le conducteur qui vous a emmené ne puisse pas vous ramener. Attention, tout de même, puisque cette garantie n’est utilisable que trois fois par an et dans un rayon de trente kilomètres autour de votre domicile.

Le covoiturage dynamique
Cette option est plus difficile à mettre en place mais plus pratique pour les usagers. Elle repose sur l’utilisation de technologies de géolocalisation. Le covoiturage dynamique permet de synchroniser en temps réel la demande et l’offre en matière de covoiturage. On s’organise sur le moment en fonction de sa position et de celle des autres covoitureurs. Le covoiturage dynamique évite aussi l’échange d’argent entre les usagers en incluant un système de paiement en ligne.
Les exemples sont peu nombreux : Ecovoiturage.itinisere, Covoiturage-dynamique.eu

Senior Mobilité : taxi partagé pour personnes âgées

Une belle initiative, solution économique et éco-responsable qui vise à améliorer la mobilité des personnes âgées à faible revenu, a remporté au début du mois le trophée « Coup de cœur » de la Nuit du Grand Âge.

Cette initiative, c’est Senior Mobilité lancée par Citizen Mobility. Le principe est simple : un taxi pour au moins deux personnes âgées. C’est moins cher que de voyager seul, l’impact écologique est limité et on ne rajoute pas de véhicules dans un trafic déjà saturé. Pour rendre l’opération possible, Citizen Mobility a conclut un accord avec Alpha Taxis, dont le réseau de 1400 taxis indépendants dessert Paris et la région parisienne.
Pour les trajets de courte distance à pied ou en métro, Senior Mobilité prévoit aussi un accompagnement avec à l’association partenaire Les Compagnons du Voyage.

L’offre est viable grâce à un modèle économique hybride. Une partie de son financement est assuré par le système de taxis partagés lancé par Citizen Mobility en novembre 2011 pour les entreprises, collectivités et particuliers. Senior Mobility, qui se destine aux personnes âgées à faible revenu, est aussi un moyen de palier à la solitude. Guillaume Mathieu, co-fondateur de Citizen Mobility souligne que « Senior Mobilité crée du lien social leur permettant d’entretenir leur forme physique et leur moral. Un enjeu de taille lorsque l’on sait qu’à Paris, 30 % des plus de 75 ans sont dépendants. »

 

Plus d’information sur www.seniormobilite.fr

Le covoiturage a-t-il de l’avenir ?

Le compte rendu de l’étude « Ridesharing in North America : Past, Present and Future (2010)” présente quatre clés de développement qui vont affecter la pratique du covoiturage dans un futur proche. Ces clés sont :

  • Les partenariats entre les entreprises de covoiturage, les régions et les gros employeurs
  • Les aides financières accordées aux initiatives éco-responsables
  • Les réseaux sociaux qui ciblent les jeunes
  • Les services de covoiturage dynamique (en temps réel)

« A Look to the Future »

Tandis que de plus en plus d’études montrent que la voiture n’est pas une solution d’avenir pour nos trajets quotidien travail-maison, nous devons trouver des alternatives à ce mode de transport. Et le problème des embouteillages est loin d’être réglé. Le fait est qu’il n’y a pas de remède miracle pour améliorer notre façon de nous déplacer quotidiennement. Le mieux est de chercher dans plusieurs directions, d’élargir notre champ de possibilités.

Longtemps, le covoiturage a été envisagé comme l’une de ces solutions. Les sièges vides tous les jours dans nos voitures sont « la ressource la plus importante de tout le pays en matière de transport », comme le décrit Randy Rentschler de la Bay Metropolitan Transportation Commission. Encourager le covoiturage est, après tout, un moyen facile et économique d’aider à réduire l’engorgement des voies de circulation ainsi que les émissions de gaz à effets de serre. Poursuivre les efforts dans la politique publique et le développement d’associations (qui ont pour but de rapprocher les covoitureurs au sein des entreprises) entretiendra l’enthousiasme pour le covoiturage.
Les modes de vies, les emplois, les trajets, les habitudes et même les mentalités changent. Le covoiturage, loin d’être mort, est une option toujours présente en cas de besoin.