Métro, boulot, dodo… Quoi de neuf dans nos routines ?

En mars dernier s’est tenu à Lille le 13e colloque de l’Association Internationale des Sociologues de Langue Française sur le thème des routines.

Comment vivons-nous les routines liées aux déplacements ? Pourquoi avons-nous besoin de routine? Comment changer les routines ou les enrichir ? Autant de questions que nous avons posé à quelques-uns des intervenants à ce colloque.

metro_boulot_dodo

Question à Joël Meissonnier et Cyprien Richer, chargés de recherche dans le domaine des transports au Cerema (Direction territoriale Nord-Picardie) et initiateurs de ce colloque

Pourquoi avoir choisi ce thème des routines ?

Dans le contexte de déplétion des ressources énergétiques fossiles que nous connaissons, un nombre croissant de travaux de recherche concluent à l’impérative évolution des comportements et pratiques de déplacement à l’échelle individuelle et familiale. Mais comment s’y prendre ? On se tourne assez logiquement vers les sociologues pour éclairer cette problématique. Une façon de faire avancer la recherche, à notre sens, était d’identifier les blocages, les obstacles à cette évolution souhaitable vers des arbitrages (de modes, d’activités, d’itinéraires, de localisations…) moins énergivores et plus efficients. En l’occurrence, bon nombre de travaux récents pointent l’urgence d’ouvrir la boîte noire que semble être la production sociale des routines de mobilité. C’est le travail auquel, modestement, notre colloque a tenté d’apporter sa pierre.

Comment se forment nos routines dans les déplacements du quotidien ?

La «sociologie de la conduite de vie» souligne l’importance des routines en tant que mécanisme stabilisateur de la vie quotidienne. On constate que les individus tendent souvent à privilégier un certain moyen de transport par habitude. Sur ce «choix» se calent ensuite les systèmes de lieux de la vie quotidienne (pour l’accès aux ressources) tout comme les systèmes de temporalités (coordination des programmes d’activités) qu’il détermine en partie. Promouvoir une mobilité moins automatique et plus réflexive (évaluation au cas par cas selon les conditions de trafic, la portée du déplacement, les personnes ou les marchandises à transporter, la météo…) suppose d’abord de savoir analyser les leviers et conditions des ruptures et recompositions de routines.

Question à Patricia Sajous, Université Le Havre UMR IDEES

Le télétravail libère-t-il de la routine parce qu’il évite le déplacement domicile-travail ?

Ma réponse sera catégorique : non, le télétravail ne libère pas de la routine. Ce n’est pas ce que recherchent les télétravailleurs. Différentes sources, dont l’enquête que j’ai menée dans le Gers à propos du dispositif de télétravail «Soho Solo»1, montrent que les télétravailleurs ne veulent pas être libérés de la routine mais veulent avoir plus de contrôle sur la construction des routines. C’est pourquoi lors du colloque, j’ai présenté les routines des télétravailleurs. Par exemple, éviter le déplacement domicile- travail quotidien, ce n’est pas faire disparaître de sa vie la mobilité professionnelle mais la gérer avec des configurations spatio- temporelles nouvelles : un rythme régulier mais plus espacé, un moindre effet structurant de ce déplacement pour la mobilité quotidienne. Les Technologies de l’Information et de la Communication sont moins à considérer comme des libératrices que comme des facilitatrices de la construction, de l’adaptation des routines.

Question à Thierry du Crest, directeur général adjoint mobilité- transports Lille Métropole

Comment une autorité organisatrice comme la vôtre appréhende-t-elle cette question des routines dans les déplacements ? Sur quelles actions concrètes débouchent vos réflexions sur ce sujet ?

La question des routines et plus généralement des pratiques de déplacements et de leurs évolutions sont essentielles dans la construction des décisions politiques en matière de mobilité. La montée en puissance des pratiques multimodales a par exemple été complètement intégrée dans les politiques de mobilité de Lille Métropole. Très concrètement, Lille Métropole investit sur tous les modes, s’assure que tous progressent et nous avons une des délégations de service public les plus multimodales de France : métro, tram, bus, vélo, covoiturage, pôles d’échange, marche, conseil en mobilité. Avec un opérateur intégré sur toutes ces dimensions, ce sont des passerelles naturelles entre les modes qui voient le jour : billettique intégrée vélo, TC, autopartage ; places de covoiturage dans les P+R ; promotion de la marche dans les stations de métro. Sur la question des nouvelles pratiques de mobilité (autopartage entre particuliers, services numériques…), le positionnement de Lille Métropole est davantage en construction : quelle est la bonne stratégie d’intervention ? Faire, réglementer, promouvoir, laisser faire ? Ce sera certainement un sujet pour les années à venir.

Question à Jérôme Dezobry, directeur général adjoint aménagement durable, Département du Nord

Comment une autorité organisatrice comme la vôtre appréhende-t-elle cette question des routines dans les déplacements ? Sur quelles actions concrètes débouchent vos réflexions sur ce sujet ?

Le Département du Nord s’adapte aux évolutions des comportements de mobilité en modifiant en profondeur ses modes d’élaboration et de mise en oeuvre des politiques publiques. Le Schéma Mobilité Liberté 2030, élaboré de manière participative et adopté en juin 2013, est un nouveau cadre de travail visant à une action plus transversale et partenariale, qui va bien au-delà des missions traditionnelles du Département en termes de voirie ou de transport public. La particularité est d’avoir élaboré cette nouvelle politique dans un cadre participatif : par l’organisation d’ateliers citoyens, permettant de partager diagnostic et enjeux et de coller au plus près des attentes des Nordistes ; par un appel à projets innovants permettant de faire émerger et de soutenir les initiatives locales en matière de mobilité durable. À l’initiative du Département, de nouvelles instances de gouvernance souples et adaptées au contexte se mettent aussi en place : la conférence métropolitaine pour traiter de l’accessibilité de la métropole lilloise ; la convention entre Départements du Nord et du Pas-de-Calais pour mettre en cohérence nos politiques, par exemple en termes de covoiturage, de transport à la demande ou de lignes express interdépartementales.

Question à Gaële Lesteven, Université Paris 1 – UMR Géographie-Cités

Comment les automobilistes réagissent-ils quand leurs routines de déplacement sont perturbées par la congestion ?

En abaissant les vitesses, la congestion automobile modifie les temps de déplacement quotidiens : elle les allonge et/ou augmente leur variabilité. Pour autant contraint-elle les automobilistes à adapter leurs routines ? Les résultats d’une enquête réalisée en Île-de-France montrent que les automobilistes cherchent à préserver leur routine. Ils optent pour des stratégies d’ajustement marginal (modifier l’heure de départ, changer d’itinéraire, etc.) jusqu’à ce qu’ils atteignent leur seuil de tolérance à la congestion. Ce seuil oscillerait autour de 30 minutes supplémentaires au temps de déplacement habituel. C’est à partir de ce seuil que les automobilistes commencent à adapter leur routine.

Question à François Adoue, Université Paris Est – LVMT

Comment les smartphones modifient-ils les routines des usagers des transports publics ?

Les activités privilégiées par les voyageurs au cours de leurs déplacements quotidiens (lecture de livre, de la presse, etc.) ne peuvent, en réalité, pas toujours être déployées, comme lorsque les wagons sont bondés ou les usagers trop fatigués pour se concentrer. Dans ces différents contextes, les smartphones sont fréquemment utilisés pour pallier le défaut d’activité (jeux vidéo, flânerie sur les réseaux sociaux etc.). Ils permettent donc aux usagers de s’adapter et de faire face à la perturbation de leurs routines. Mais ils sont déjà, pour des usagers plus experts (et peut -être pionniers ?), le support d’activités fortement valorisées et pleinement ancrées dans les routines, comme le visionnage de films ou de séries télévisées.

Question à Anaïs Rocci, 6-t bureau de recherche

Y a-t-il des moments privilégiés pour remettre en cause les routines liées aux déplacements ? Quels sont les moyens les plus efficaces pour inciter les individus à faire évoluer les routines dans le sens d’une mobilité plus durable ?

Pris dans leurs habitudes, les usagers prennent «machinalement» le mode de transport qu’ils connaissent et maîtrisent le mieux et ne pensent pas à toutes les alternatives qui s’offrent à eux. Il est donc très difficile de rompre avec l’habitude, surtout si celle- ci est satisfaisante. Les moments de rupture dans les modes de vie, comme un changement de situation familiale, professionnelle, un déménagement de domicile ou de lieu de travail…sont des situations favorables puisque les personnes sont amenées à remettre en question ou du moins repenser leurs pratiques de mobilité. C’est donc une période propice à cibler pour encourager un changement de comportement avant que de nouvelles habitudes soient forgées, notamment en portant à connaissance les diverses alternatives et
en incitant à en faire l’essai, outils sur lesquels s’appuient les dispositifs d’accompagnement au changement de type marketing individualisé. Pour faire évoluer les routines, le développement et l’amélioration de l’offre est indispensable pour créer les conditions matérielles favorables. Les mesures coercitives sont également nécessaires pour amener les gens à repenser leurs pratiques si leur situation devient insatisfaisante, l’information et la communication sont essentielles pour sensibiliser et faire connaître les alternatives, à cela s’ajoute l’expérimentation d’autres manières de se déplacer pour dépasser ses a priori. Tous ces moyens sont complémentaires et c’est leur combinaison qui est efficace.

Pour en savoir plus (diaporamas présentés et vidéos du colloque) : http://www.cete-nord-picardie.developpement-durable.gouv.fr/colloque-mobilites-spatiales-r178.html et http://lille1tv.univ-lille1.fr/collections/collection.aspx?id=2afcae0f-b56e-4a10-9771-4901be376961

Source : Transflash n°391

Publicités

Le grand Lyon se lance dans le covoiturage mobile

 

Après la région Isère dont nous parlions la semaine dernière, c’est au tour du Grand Lyon de se doter d’une solution de covoiturage mobile.

Désireux de désengorger l’espace public de la masse de véhicules y circulant chaque jour, la communauté urbaine de Lyon renforce un dispositif préexistant avec le lancement d’une application pour smartphone et tablette.

Pour Gilles Vesco, vice-président du Grand Lyon en charge de la mobilité, cet outil « amorce les prémices du covoiturage dynamique. Cette application va permettre aux covoitureurs d’accéder au service où qu’ils se trouvent ». Totalement gratuite, cette application permet la recherche de trajets ponctuels ou réguliers, d’être alerté quand une nouvelle possibilité de trajet se présente ou encore d’accéder directement à leurs trajets quotidiens en sauvegardant leurs recherches. Gilles Vesco ne cache pas l’importance de la communication autour du covoiturage, « le partage de l’information est essentiel dans ce dispositif, il faut donc pour cela que toutes les personnes qui y trouvent un intérêt sachent où trouver ces informations ».

En développant les modes de transports alternatifs, l’objectif du Grand Lyon est de réduire de 40% le trafic urbain à l’horizon 2020. « Le covoiturage n’est qu’une partie de ce dispositif, avec les TCL ou encore les Velo’V. Ces éléments se renforcent les uns les autres tout en respectant le droit à la mobilité » souligne Gilles Vesco.

A ce jour, le site covoiturage-grandlyon.com compte 7 042 inscrits dont 20% covoiturent au moins une fois par semaine, ce qui représente 10 000 pleins d’essences économisés.

La voiture partagée arrive au Mexique !

Une prévision indique qu’en 2050, les habitants de Mexico passeront jusqu’à 106 heures, soient plus de 4 jours par an coincés dans les embouteillages ! Le gouvernement du district fédéral a lancé la première initiative de partage de véhicule dans la ville de Mexico, en espérant réduire de 15 à 20 fois la densité du trafic et améliorer la mobilité au cœur de la capitale.

En fait, les études prévoient que 15 à 20 personnes abandonnent l’usage d’un véhicule personnel ; à quoi il faut ajouter que les utilisateurs conduisent 31 % moins longtemps que dans leur propre voiture.

Le 11 juin 2012, le chef du gouvernement de la capitale, Marcelo Ebrard Casaubon, et la secrétaire de l’environnement, Martha Delgado, se sont joints aux dirigeants de l’entreprise « Carrot » pour le lancement du système, qui compte 18 véhicules répartis sur 8 arrondissements de la ville.

Le coût de l’abonnement mensuel est de 100 pesos (environ 5,70 euros), et les réservations se font par Internet. Le tarif de la location à l’heure est de 90 pesos (5 euros), essence et assurance incluses.

L’espace mobilités électriques à Paris

L’espace mobilités électriques (EME) est une association dont le but est d’informer les particuliers, professionnels et collectivités sur les véhicules électriques.

Créée en 1997 par EDF et la ville de Paris, elle remplit depuis lors sa mission. Si vous avez besoin de renseignements, vous pouvez aller poser vos question rue Marcadet, derrière la butte Montmartre. L’EME est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h. Vous pourrez aussi y essayer des vélos à assistance électrique (VAE) ainsi que des scooters électriques.

Tout est mis en œuvre pour guider les visiteurs dans leur choix de mobilité électrique afin que celui-ci soit le mieux adapté à leur mode de vie.

Sachez enfin que, si vous êtes parisien, la ville de Paris vous aide dans votre envie de mobilité durable. Pour l’achat d’un cyclomoteur électrique ou d’un vélo à assistance électrique, vous pouvez bénéficier d’une aide financière à hauteur de 25 % du prix d’achat plafonné à 400 €.

Plus d’infos sur : www.espacemobelec.fr

Renault se lance dans l’auto-partage avec son Twizy

Image

Renault s’apprête à tester grandeur nature un service innovant de mobilité durable accessible à tous : Twizy Way by Renault. Dès le 21 juin, Renault Twizy va apporter une solution originale d’auto-partage au sein de la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (France).

  • Renault lance Twizy Way by Renault, un service simple et écologique de mobilité urbaine partagée.
  • Dès le 21 juin 2012, 50 Renault Twizy vont sillonner la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Ce sont près de 200 testeurs qui profiteront d’un libre service d’auto-partage disponible avec ou sans réservation, pour des trajets urbains et périurbains.
  • L’ouverture au grand public de Twizy Way by Renault est prévue à l’issue de la phase de test, en septembre 2012.

Un service innovant, simple et pratique

Complémentaire aux transports collectifs, Twizy Way by Renault est un service d’auto-partage simple, écologique et pratique pour se déplacer en ville autrement.

Twizy Way by Renault offre une totale liberté à l’utilisateur qui prend le Twizy le plus proche de lui, l’utilise le temps qu’il souhaite et dès qu’il n’en a plus besoin, le gare sur n’importe quelle place de parking public de la zone de test.

En temps réel grâce à une application pour smartphone ou internet, l’utilisateur sait immédiatement où se trouvent les Renault Twizy disponibles à proximité.

Pour utiliser un Renault Twizy, rien de plus facile : sans réservation, immédiatement en flashant le QR code* présent sur le véhicule ou bien en réservant le Twizy de son choix 15 minutes maximum avant de l’utiliser (internet ou smartphone), tout devient possible et simple avec Twizy Way by Renault.

100% électrique, Renault Twizy est un véhicule ludique particulièrement adapté aux nouvelles mobilités urbaines, avec une prise en main facile et un encombrement minimum. Le comportement routier de Renault Twizy est très rassurant avec ses quatre roues équipées de freins à disque. La sécurité passive n’est pas en reste avec un airbag conducteur et des ceintures de sécurité 4 points à l’avant et 3 points à l’arrière.

Avec Twizy Way by Renault, Renault confirme son statut de constructeur novateur en lançant une nouvelle solution pratique et écologique de mobilité urbaine alternative destinée à tous.

* Imprimé sur une étiquette, le QR Code est un code barre à 2 dimensions qui peut-être déchiffré à partir d’un téléphone mobile équipé d’un appareil photo. Il renvoie vers une application web dédiée.

Une expérimentation grandeur nature

L’expérimentation de Twizy Way by Renault va débuter le 21 juin 2012 en partenariat avec la Communauté d’Agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines. Dans un premier temps et jusque fin septembre, Renault offre la possibilité à près de 200 testeurs de profiter de ce service inédit.

Avec une flotte de 50 Renault Twizy répartis librement sur un territoire pilote d’environ 27 km2, les utilisateurs prendront les véhicules là où ils se trouveront et les laisseront là où ils le souhaiteront sur toute place de parking public de la zone de test.

Twizy Way by Renault est un service privé d’intérêt général : l’exploitation (entretien, recharge des véhicules…) est à la charge de Renault. Les communes du périmètre d’expérimentation (Montigny-le-Bretonneux, Guyancourt, Voisins-le-Bretonneux, une partie de Trappes) accordent les autorisations d’utilisation du domaine public et, avec la Communauté d’agglomération de Saint Quentin en Yvelines, participent à la promotion du service.

« Avec cette opération pilote, Renault souhaite confirmer que Twizy se prête particulièrement bien à une utilisation en auto-partage et tester l’organisation nécessaire avant un déploiement plus large » indique Thierry Viadieu, Directeur du Programme Nouvelle Mobilité de Renault

L’ouverture de ce service au grand public est prévue fin septembre 2012.