Comment des étudiants ont lancé la première plateforme de covoiturage au Liban

Al Arabiya nous informait en mai dernier de cette initiative étudiante innovante et efficace…

Suivre les cours à l’Université était devenu pour certains un vrai casse-tête, en raison des embouteillages chroniques et du manque de transports publics. Chant Kazandjian, étudiant à l’université libanaise américaine de Byblos, enchaînait correspondances et trajets en taxi… jusqu’à ce qu’il découvre le covoiturage !

Maria Zeinoun, également étudiante, témoigne :

« J’ai tout de suite aimé cette idée un peu étrange. Nous devons soutenir le covoiturage parce que cela comporte beaucoup d’avantages, par exemple les économies d’essence, surtout depuis les récentes augmentations de son prix. Cela va aider beaucoup d’étudiants, surtout ceux qui ont peu d’argent de poche. Et puis c’est une façon agréable de rencontrer des gens à l’université ! »

La plateforme autopooling.com permet à chacun d’enregistrer son parcours afin de trouver un passager ou un conducteur. Cette initiative au slogan simple : « Economisez de l’argent et de l’essence, alléger le trafic, faites-vous des amis et polluez moins. » a été lancé par l’association étudiante consacrée à la question environnementale, sur le campus de l’Université Américaine de Beyrouth (AUB).

Le développeur web, Paul Salameh raconte : « Nous avons d’abord créé un petit site internet réservé à l’AUB, et qui a eu beaucoup de succès. Nous avons donc décidé de l’étendre à l’Université Notre Dame. Là aussi elle a très bien marché et nous avons décidé d’étendre le service à toutes les universités du Liban. En deux mois, nous avions atteint les universités, mais aussi les entreprises qui peuvent désormais profiter de la plateforme. »

L’enjeu était notamment d’assurer la sécurité des passagers, étant donné qu’ils devaient prendre la route avec des inconnus.

Salameh explique :

« Nous nous sommes concentrés sur la sécurité, c’est ainsi que nous avons créer la fonction « Companionship Request » qui permet à une personne de demander à voyager avec quelqu’un en particulier, en envoyant une demande personnelle que le destinataire doit valider. Une fois cette demande approuvée, le demandeur envoie ses informations personnelles, téléphone et adresse mail. Si une personne veut en savoir plus sur un demandeur, nous avons intégré la possibilité de consulter son profil facebook et ainsi vérifier qu’il est bien inscrit à l’université etc. »

Pour visionner le reportage : http://www.youtube.com/watch?v=9WXD6RRaXQk&feature=related

Le site de la plateforme : http://www.autopooling.com/

Publicités

Retour à Rio : quand le Programme des Nations-Unis pour l’Environnement lançait une campagne de sensibilisation aux transports partagés !

Cette campagne s’adressant aux Européens adoptait un slogan simple mais efficace : Voyageons ensemble pour la planète !

A travers cette invitation, inscrite au coeur du programme Green Up, il s’agissait, via une application ludique sur Facebook, de monter à bord d’un véhicule virtuel, et d’y inviter ses amis pour un voyage entouré de tous les Européens, afin de promouvoir les modes de transports collectifs. A la clef, des voyages gratuits en train, en bus etc à travers toute l’Europe.

Voyager avec d’autres, tel était le message de cette campagne aux partenaires économiques venant de tous les pays et de tous les secteurs du transport collectif, entre autres des sociétés publiques d’exploitation des chemins de fer (SNCF, Deutsche Bahn, Infrabel, NSB, UIC…), et toutes les plateformes européennes de carpooling.com (mitfahrgelegenheit.de pour sa version allemande)…

Le programme rapporte sur son site qu’entre 2008 et 2011, les européens qui ont partagé leur véhicule via les initiatives de covoiturage ont économisé plus de 630 000 de tonnes équivalent CO2, 324 millions de litres d’essence et 750 millions d’Euros.

L’utilisation des réseaux sociaux était centrale dans cette campagne, et monter à bord du véhicule virtuel (bus, train, voiture partagée) devait reposer sur un engagement réel à promouvoir ces types de transport collectif.

Lancée en marge de Rio + 20, cette campagne ne doit pas rester lettre morte… Continuons à partager nos moyens de transports pour freiner la dégradation de notre environnement !

La voiture partagée arrive au Mexique !

Une prévision indique qu’en 2050, les habitants de Mexico passeront jusqu’à 106 heures, soient plus de 4 jours par an coincés dans les embouteillages ! Le gouvernement du district fédéral a lancé la première initiative de partage de véhicule dans la ville de Mexico, en espérant réduire de 15 à 20 fois la densité du trafic et améliorer la mobilité au cœur de la capitale.

En fait, les études prévoient que 15 à 20 personnes abandonnent l’usage d’un véhicule personnel ; à quoi il faut ajouter que les utilisateurs conduisent 31 % moins longtemps que dans leur propre voiture.

Le 11 juin 2012, le chef du gouvernement de la capitale, Marcelo Ebrard Casaubon, et la secrétaire de l’environnement, Martha Delgado, se sont joints aux dirigeants de l’entreprise « Carrot » pour le lancement du système, qui compte 18 véhicules répartis sur 8 arrondissements de la ville.

Le coût de l’abonnement mensuel est de 100 pesos (environ 5,70 euros), et les réservations se font par Internet. Le tarif de la location à l’heure est de 90 pesos (5 euros), essence et assurance incluses.

L’alternative Zipcar

Alors que les acteurs et entreprises du covoiturage sont encore peu connus du grand public, Zipcar connaît une notoriété croissante au-delà de nos frontières. L’entreprise américaine est effet leader dans le service d’autopartage et de covoiturage, remportant un succès grandissant aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni et ce, dans une cinquantaine de villes. Que ce soit pour économiser sur le budget transports ou pour éviter des tracas logistiques, la solution Zipcar s’appuie sur les technologies de l’information et de la communication : réservation en ligne ou via un smartphone, carte magnétique permettant l’utilisation des véhicules quelque soit la région du monde. Une simplicité d’utilisation qui répond aux besoins de bien des urbains, à la recherche de solutions flexibles pour éviter l’achat d’une voiture (voire d’une seconde voiture) qui resterait inutilisée les quatre cinquièmes du temps.

Les images qui suivent sont celles que les habitués du Tube ont pu découvrir au début du mois de mai. Cette campagne a animé le métro londonien par ses visuels colorés qui illustrent divers besoins de solutions d’autopartage ou de covoiturage comme déplacer un objet encombrant ou partir en week-end au vert. Posséder son propre véhicule n’est plus un préalable aux déplacements intelligents, disent en substance ces images.

Lire la suite

Semaine du développement durable : 10ème édition ; covoiturage.fr contre la déforestation

A l’occasion de la semaine du développement durable, du 1er au 7 avril, le site covoiturage.fr rappelle son engagement pour la cause environnementale.

Depuis sa création en 2004, le site défend son caractère écologique en évitant des rejets importants de gaz à effet de serre. Ils estiment l’économie à 200 000 tonne de CO2. L’année dernière, covoiturage.fr s’était lancé dans la préservation des arbres en soutenant Pur Projet, une organisation qui lutte contre la déforestation et le réchauffement climatique. 15 millions de m² de forêt devraient ainsi être préservés. Le site comptait alors 1,5 million de membres, ce qui revenait donc à 10m² de forêt pour chaque inscrit.
Cette semaine, l’action est relancée et mise en avant :
« A l’occasion de la Semaine du développement durable 2012, nous allons plus loin en préservant 10m² pour chaque nouvel inscrit pendant la semaine du Développement durable.
Nous avons choisi de préserver une forêt au Pérou car la déforestation a été qualifiée d’alarmante dans cette partie du monde. Et si nous n’agissons pas contre la déforestation, il n’y aura plus de forêt tropicale d’ici 2040 ! De plus, les enjeux de la lutte contre la déforestation au Pérou sont multiples :
– Lutte contre le réchauffement climatique et stockage de carbone
– Protection de la biodiversité, des ressources naturelles, et notamment des ressources en eau douce
– Souveraineté alimentaire, c’est-à-dire le droit des peuples à disposer d’une alimentation saine et locale
– Préservation de l’identité culturelle des peuples de la forêt. »


Plus d’informations sur covoiturage.fr et sur le site de Pur Projet