Renault s’essaye au covoiturage dynamique

Renault lance le 24 octobre prochain à Guyancourt une expérimentation de covoiturage dynamique. La direction a fourni à VilleFluide, l’opérateur technique, un fichier de 7 500 adresses des domiciles des salariés du Technocentre et 1 500 adresses ont été sélectionnées en fonction de la densité des trajets communs théoriques. Chacun des salariés concernés a alors reçu un questionnaire en ligne l’invitant à préciser son trajet véritable et ses créneaux horaires. Objectif : identifier des lignes de covoiturage sur un échantillon de 150 répondants qui participeront au pilote pendant trois mois.


Avec le covoiturage dynamique, les mises en relation entre passagers et conducteurs potentiels s’effectuent en temps réel, via les téléphones mobiles de dernières générations qui embarquent la fonction de géolocalisation. Ce sont avant tout les trajets domicile-travail qui sont concernés. Plus le nombre de personnes inscrites sur une ligne est important, plus la qualité du service, dans les deux sens, est assurée.

Les expérimentations se multiplient. Covivo, Pentila, Comuto ou encore OnePlusOne Technologies sont autant de nouveaux opérateurs du covoiturage dynamique qui permet de traçer les usages. C’est d’ailleurs grâce à cette traçabilité que OnePlusOne Technologies propose de verser aux passagers une prime carbone correspondant à la valeur de la réduction d’émission de CO2 sur le marché secondaire des unités de réductions d’émission.

Source : Miroir Social

Dynamics Auto

Publicités

Du covoiturage à l’essence dyamique, la mobilité change

L’époque est clairement aux systèmes dynamique, et cela mérite une explication. Notre spécialité, c’est de traiter des nouveaux systèmes de covoiturage dits « dynamiques » car ils associent plusieurs technologies, notamment les connexions 3G et la géolocalisation par GPS, pour fluidifier les échanges entre demandeurs et offreurs de trajet. On pourrait parler de covoiturage « synchronisé » également. Les avantages sont  nombreux : plus besoin de s’appeler pour se fixer des rendez-vous pas toujours assurés, votre GPS de téléphone ou de voiture s’occupe de tout, de vous signaler la présence de demandeurs, de calculer les frais engendrés et d’ajuster automatique les porte-monnaies numériques de chacune des parties. Les gains, nous l’avions vu, sont significatifs (1 760€/an sur un trajet covoituré de 30km à 3), et ce marché vaut de l’or, précisément 500mds de dollars selon Nokia qui a calculé le prix des « places vides » dans les voitures. Sur ce ce créneau, plusieurs acteurs, comme Comuto, Covivo ou Soluco quoique les services proposés ne sont pas tout à fait les mêmes.

Une autre innovation de ce type nous avait étonné il y a peu, aux États-Unis (un pays qui avait déjà mis en service des voies réservées au covoiturage qui leur font économiser 30min par jour), celle du parking dynamique. Ce service, qui s’appuie sur les mêmes technologies, comportait plusieurs innovations majeures. D’abord, celle d’éviter de tourner en rond pour trouver une place puisque les parcmètres reliés au GPS indiquent en temps réel l’endroit où se garer. Ensuite, avec un système extraordinaire qui ajuste le prix des places de parkings de manière à réguler le stationnement de manière fluide : les places du centres seront plus chères pour vous inciter à vous garer plus loin, l’idée étant que chaque rue dispose en permanence d’une à deux places libres, et d’éviter les « zones blanches », en quelque sorte. Des Français, Utilisacteur, se sont d’ailleurs positionnés récemment sur ce marché qui mélange technologie, urbanisme et écologie puisque les économies de Co2 dans tous les cas sont substantielles.

La dernière innovation dynamique en vogue, après quoi nous disposerons d’une voiture complètement dynamique, c’est celle de la gestion de l’essence, avec l’application €ssence3.0 proposée par une société nantaise, Ripple Motion. Le principe est de géolocaliser et lister les stations-essences et de faire apparaître sur une Google Map d’iPhone, par exemple, les moins chères. On peut également y suivre son budget carburant au fil du temps. L’application, lancée il y a bientôt 2 ans, est utilisée par près de 80 000 automobilistes et figure dans le top 100 des applications payantes de l’AppStore, signe de l’utilité reconnue de ces innovations dynamiques.

On peut donc imaginer que le futur proche continue de nous offrir ce type de dispositif, avec pourquoi pas l’extension du parking dynamique aux garages privés avec gestion automatisée des « frais de location » des places ainsi prises ou offertes.

DynamicsAuto