Du covoiturage à l’essence dyamique, la mobilité change

L’époque est clairement aux systèmes dynamique, et cela mérite une explication. Notre spécialité, c’est de traiter des nouveaux systèmes de covoiturage dits « dynamiques » car ils associent plusieurs technologies, notamment les connexions 3G et la géolocalisation par GPS, pour fluidifier les échanges entre demandeurs et offreurs de trajet. On pourrait parler de covoiturage « synchronisé » également. Les avantages sont  nombreux : plus besoin de s’appeler pour se fixer des rendez-vous pas toujours assurés, votre GPS de téléphone ou de voiture s’occupe de tout, de vous signaler la présence de demandeurs, de calculer les frais engendrés et d’ajuster automatique les porte-monnaies numériques de chacune des parties. Les gains, nous l’avions vu, sont significatifs (1 760€/an sur un trajet covoituré de 30km à 3), et ce marché vaut de l’or, précisément 500mds de dollars selon Nokia qui a calculé le prix des « places vides » dans les voitures. Sur ce ce créneau, plusieurs acteurs, comme Comuto, Covivo ou Soluco quoique les services proposés ne sont pas tout à fait les mêmes.

Une autre innovation de ce type nous avait étonné il y a peu, aux États-Unis (un pays qui avait déjà mis en service des voies réservées au covoiturage qui leur font économiser 30min par jour), celle du parking dynamique. Ce service, qui s’appuie sur les mêmes technologies, comportait plusieurs innovations majeures. D’abord, celle d’éviter de tourner en rond pour trouver une place puisque les parcmètres reliés au GPS indiquent en temps réel l’endroit où se garer. Ensuite, avec un système extraordinaire qui ajuste le prix des places de parkings de manière à réguler le stationnement de manière fluide : les places du centres seront plus chères pour vous inciter à vous garer plus loin, l’idée étant que chaque rue dispose en permanence d’une à deux places libres, et d’éviter les « zones blanches », en quelque sorte. Des Français, Utilisacteur, se sont d’ailleurs positionnés récemment sur ce marché qui mélange technologie, urbanisme et écologie puisque les économies de Co2 dans tous les cas sont substantielles.

La dernière innovation dynamique en vogue, après quoi nous disposerons d’une voiture complètement dynamique, c’est celle de la gestion de l’essence, avec l’application €ssence3.0 proposée par une société nantaise, Ripple Motion. Le principe est de géolocaliser et lister les stations-essences et de faire apparaître sur une Google Map d’iPhone, par exemple, les moins chères. On peut également y suivre son budget carburant au fil du temps. L’application, lancée il y a bientôt 2 ans, est utilisée par près de 80 000 automobilistes et figure dans le top 100 des applications payantes de l’AppStore, signe de l’utilité reconnue de ces innovations dynamiques.

On peut donc imaginer que le futur proche continue de nous offrir ce type de dispositif, avec pourquoi pas l’extension du parking dynamique aux garages privés avec gestion automatisée des « frais de location » des places ainsi prises ou offertes.

DynamicsAuto

Le covoiturage aujourd’hui est féminin, salarié et quotidien

Une intéressante enquête a été mise en ligne au sujet du covoiturage par Ecolutis, qui propose des solutions professionnelles de covoiturage (nous avions vu que sur le marché du covoiturage – estimé à 500 milliards de dollars par Nokia au niveau mondial – une grande partie pouvait être exploitée par les entreprises, comme chez EADS à Toulouse).

L’étude a porté sur les inscrits du site covoiturage17, sur le bassin de la Communauté d’agglomération de la Rochelle (200 000 habitants). Le questionnaire a été envoyé à 2 200 personnes dont 210 ont répondu. Nous en savons désormais un peu plus sur le profil des covoiturants, des informations à recouper avec cette sociologie « sauvage » du covoiturage.

Le profil type :
– une femme (dans 62% des cas… la conscience écologique a t-elle un sexe ?)
– de 25 à 45 ans (mais depuis un an, les différentes classes d’âge s’harmonisent, avec une forte progression chez les – de 25 ans et les 55-65 ans)
salariés dans 70% des cas (e mythe de l’auto-stoppeur baba-cool en prend un coup ! Voir à ce sujet les différents freins du covoiturage – et comment ils sont souvent imaginaires)
– un trajet d’une distance moyenne de 20-40km (donc souvent des trajets domicile-travail, sur lesquels les covoiturants de San Francisco économisent désormais 30 minutes)
– un trajet quotidien dans 49% des cas
– avec un « règlement » des frais de la main à la main (un écueil évité par les solutions de covoiturage dynamique qui disposent d’un portefeuille automatisé comme Covivo)
– avec 2 personnes dans 54% des cas.

Pourquoi faire du covoiturage ?
– Pour faire des économies (rappelez-vous, un trajet moyen de 30km covoituré à 3 ans 3 fois par semaine pendant un an fait économiser près de 1 700 euros)
– le principal inconvénient est la variabilité des horaires (un obstacle que le covoiturage dynamique, en temps réel, permet de contourner)

Toutes ces statistiques sont particulièrement intéressantes, en ce qu’elles démontent, pour la plupart, les mythes du covoiturage. Ce mode de transport qui s’inscrit dans la mobilité durable permet de faire des économies et de soigner son empreinte écologique. L’avenir, clairement, est au covoiturage dynamique, aussi appelé covoiturage mobile, car il permet grâce aux technologies 3G (qui permet d’être connecté en permanence au réseau) et GPS (qui permet de localiser chauffeur et demandeur) de synchroniser l’offre et la demande de covoiturage avec, en sus, une gestion automatisée des transferts d’argent entre les parties. On conseillera aussi sur le même modèle l’article sur le parking dynamique, vraiment étonnant, dont une entreprise française tente d’importer le concept, très séduisant.

DynamicsAuto

Covoiturage : dur de changer ses habitudes

Le covoiturage, comme nouveau mode de déplacement dans la ville et pour les trajets plus longs, est une alternative crédible à l’utilisation de la voiture en solo. Nous avions vu que Nokia avait estimé le marché de la « place vide » dans les voitures à 500 milliards d’euros, en comptant le prix de la voiture, du carburant et des assurances. Mais la voiture, et son utilisation actuelle, c’est aussi pour beaucoup une liberté de plus, lié à un sentiment de propriété assez fort qui fait obstacle à l’autopartage. Voyons quels sont les freins au covoiturage, et comment l’innovation du covoiturage dynamique permet d’en réduire certains.

Principales raisons relevé par le MIT pour ne pas utiliser le covoiturage

Quels sont les principaux obstacles ?

  • « Voyager avec des inconnus ? » est un classique des études sur le covoiturage. Mais des sites de covoiturage permettent de connaître les utilisateurs grâce à des fonctionnalités de réseau social. C’est le cas par exemple de Covivo ou de Comuto, l’application de Covoiturage.fr. Plus précisément, ces outils permettent d’obtenir le profil des utilisateurs enregistrés, de voir leur préférences (accepte les animaux ou non, aime discuter ou non, etc), et d’avoir comme sur eBay une évaluation par les membres qui ont déjà covoituré avec.
  • « Monter dans une voiture dont on ne sait rien ? », la crainte est légitime, mais encore une fois la technologie du covoiturage dynamique permet d’authentifier les usagers. De plus, une étude de Muriel Dufresne, ingénieur transport à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), a montré que le covoiturage était moins accidentogène : on fait plus attention quand il y a du monde dans sa voiture (source Ouest-France).
  • « Trop compliqué d’organiser des parcours et des emplois du temps ? » si c’était le cas avec le covoiturage classique, le dynamique synchronise en temps réel les utilisateurs (grâce à un système « push » des plus innovants). Certains permettent à leurs applications d’être embarquées sur les smartphones ou sur les GPS de voiture.
  • « Les gens ne sont pas prêts à changer pour l’environnement ? », là encore, si c’est votre entreprise, votre mairie ou votre association qui s’en occupe pour économiser et « écologiser » sur le transport, ça aidera. Sur un cas pratique d’un trajet de 30km réalisé quotidiennement, l’on avait calculé un gain net de plus de 4 tonnes de Co2 par an (base : voiture émettant 160g/Co2 par km).

Une fois ces obstacles franchis, c’est une nouvelle mobilité, plus durable, qui s’ouvre aux automobilistes, qui imaginent rarement les gains que l’on peut faire en partageant sa voiture. On économise, en partageant sa voiture avec des covoitureurs « dynamiques » dont les paiements sont automatisés et synchronisés en temps réel grâce au GPS et à Internet (1 760€ sur ce fameux trajet de 30km). On émet moins de Co2. On décongestionne les villes : en installant une voie de covoiturage, les volontaires de San Francisco ont réduit de 30min leur temps de trajet quotidien. A Toulouse, on estime que 5% de trafic en moins permettrait de fluidifier complètement les trajets domicile-travail du matin et du soir.

DynamicsAuto


L’innovation du covoiturage dynamique récompensée

C’est une bien jolie série de prix qui a été décernée par le Palmarès des Prix durables Actine Stratégies au début du mois de mars. Pour la deuxième année consécutive, le forum européen de la jeune entreprise innovante Innovact, de Reims, accueillait la remise de ce prix. Le jury, composé de journalistes, d’entrepreneurs, d’un représentant du Ministère de l’Ecologie et de différents partenaires a récompensé 5 projets dans les domaines de l’innovation et du développement durable.

Covivo, l’entreprise de Matthieu Jacquot et Marc Grosjean, a reçu le prix de la catégorie ‘Prix nouveau consommateur’ pour son système de covoiturage en temps réel. Une belle victoire et une incitation à ne pas lâcher le morceau d’une application véritablement révolutionnaire, qui, en utilisant la connection à Internet des téléphones les plus récents et la localisation GPS, permet de « synchroniser » l’offre et la demande de covoiturage. En gérant, de surcroît, automatiquement les frais (un porte-monnaie électronique calcule et paie automatiquement ce que le ou les passager(s) doi(ven)t au chauffeur).

Les autres prix ont récompensé une association caritative parrainée par Olivia Ruiz, Lutt’Opie, une société savoyarde de meubles solaires, Solaref, une association qui a mis au point un système de purificateur d’eau solaire, De l’eau pour l’Afrique, et Leztroy pour son offre de restauration collective biologique.

Une jolie fenêtre sur le « nouveau monde » que permettent les nouvelles technologies des réseaux et de l’écologie, bravo à eux tous !

DynamicsAuto

Applications de covoiturage : comparatif Soluco / Covivo

Si les applications de covoiturage ont la côte aujourd’hui, c’est parce qu’elles répondent à un double besoin qui se fait sentir de plus en plus : celui d’économiser, en temps de crise, sur les dépenses de transport, et celui de diminuer son impact environnemental, en évitant par exemple d’emprunter sa voiture en solo. Le constat est simple : avec les nouveaux moyens de communication, il est possible de communiquer plus et mieux pour remplir les voitures… à tel point qu’une étude récente de Nokia y a vu un marché de près de 500 milliards de dollars, en calculant le coût des « sièges vides » (empty seats).

Le concept du covoiturage en temps réel ou dynamique est simple lui aussi. Grâce à la technologie GPS embarquée sur la plupart des nouveaux téléphones et à leur capacité à se connecter en temps réel sur Internet (via le réseau 3G, notamment), de nouvelles applications permettent de synchroniser en temps réel offreurs (conducteurs) et demandeurs (passagers) de transport en autopartage. Comparons par exemple 2 de ces solutions : Soluco et Covivo.

Soluco

* Application développé pour Android spécifiquement
* Différents critères de recherche (département de départ et d’arrivée, type de trajet – ponctuel ou régulier)
* Résultats avec option d’appel ou de contact par mail via un formulaire
* Création d’une annonce par département puis ville d’arrivée et de départ, puis en spécifiant l’heure de départ.

Covivo

* Covoiturage en temps réel dynamique
* Mise en relation automatisée par affichage en temps réel (avec une fonction « push » : pas besoin de chercher, l’info vient sur votre portable ou votre GPS de voiture si vous passez près d’une personne offreuse/demandeuse d’un trajet)
* Gestion automatisée du paiement par un porte-monnaie électronique qui se crédite et se débite automatiquement

L’application de Covivo semble donc disposer d’un temps d’avance, avec la mise en relation automatique qui évite les recherches trop longues et les appels à passer, et, surtout, avec la gestion partagée et automatisée des frais du covoiturage.

DynamicsAuto