Grève, essence limitée… pensez au covoiturage !

C’est déjà la deuxième crise de l’alimentation en carburant depuis que nous tenons ce blog. La fois précédente, c’était un conflit chez Total qui avait menacé de pénurie d’essence le pays, et nous avions alors déjà incité nos lecteurs et les autres à se pencher sur le covoiturage, qui permet tout à la fois des économies d’argent (1 700 euros par an pour un trajet covoituré à 3 !) et d’émissions de Co2 (4 tonnes de Co2 en moins pour ce même cas d’un trajet à 3). 01Net rapportait aujourd’hui que les principaux sites de covoiturage ont vu leur trafic doubler depuis le début de la crise, avec pour le leader du secteur covoiturage.fr un passage de 30 à 60 000 visites par jour !

Alors il faut y aller, mobiliser ses collègues, trouver une association locale (les collectivités sont nombreuses à soutenir les initatives de covoiturage, et pour cause, leur budget en baisse ne leur permettra pas d’assurer des transports en commun partout – on voit bien ici que le covoiturage est complémentaire plutôt que concurrent des transports), joindre ses voisins. Si toutes ces démarches vous semblent un peu fastidieuses et vouées à l’échec, nous vous suggérons alors de passer la seconde et d’adopter le covoiturage dynamique, ou e-covoiturage.

Celui-ci vous permet , via un smartphone équipé de la 3G et de la géolocalisation, de trouver sur votre trajet des offres de covoiturage, le règlement du « voyage » pouvant même s’effectuer numériquement grâce à un porte-monnaie virtuel géré par l’entité qui organise le covoiturage. Cette vidéo vous montre par exemple comment cette synchronisation de l’offre et de la demande peut se passer sur un trajet domicile-travail… plutôt séduisant et flexible.

DynamicsAuto

 

 

 

Publicités

Grève chez Total : le covoiturage comme alternative !

A quelque chose malheur est bon, puisque les stations essence Total de l’Ouest ont opté pour des quotas de distribution d’essence (25€ par personne et interdiction de remplir des bidons supplémentaires) pour contrer les effets de la grève.

Ouest-France souligne ainsi que le covoiturage est proposé pour limiter les dépenses en carburant :

« On assiste à un mouvement de panique. C’est le réflexe typique du Français, quand il a peur de manquer de la moindre petite chose. Il aurait suffi de faire preuve d’un peu plus de civisme pour que ça se passe bien », déplore Dominique Rotondo, qui travaille à la station. En discutant, les deux pompistes tentent de responsabiliser les conducteurs en les incitant à limiter leur déplacement et à privilégier le covoiturage. « Les gens sont plutôt compréhensifs quand on leur explique », affirme Freddy. »
C’est une piste intéressante dont nous avions déjà parlé sur un cas d’un trajet de 30km covoituré 3 fois par semaine (4 tonnes de Co2 en moins et près de 1 700€ d’économies, carburant inclus).

DynamicsAuto