L’expérimentation Ecovoiturage en Isère : 3 mois après

Retour sur le déploiement, le 2 avril dernier, du service Écovoiturage en Isère sur les axes Crolles/Grenoble et Bourgoin-Jallieu/Lyon. Basée sur l’utilisation de smartphones et d’Internet avec la technologie Covivo, cette expérimentation de covoiturage en temps réel fait suite à une première expérience dans le Vercors. Yvan Martinod, chef de projet Écovoiturage au Conseil général de l’Isère dresse un premier point d’étape après 3 mois d’activité.

Quelques mois de promotion du covoiturage dynamique pèsent certes peu par rapport à plusieurs décennies de prépondérance  de la voiture individuelle et de la culture de liberté qui y est associée. Les modèles sociaux et culturels imprègnent fortement le rapport à l’automobile et aux déplacements, pourtant, au niveau local, certaines pratiques évoluent dès lors que l’innovation proposée correspond à un réel besoin. C’est le cas de l’Écovoiturage : les freins sociaux sont nombreux qui apparentent le covoiturage au stop et qui l’assimilent à une contrainte. Finir tard le soir, travailler avec des horaires flexibles, écouter de la musique, récupérer les enfants… autant d’éléments en définitive compatibles avec le covoiturage, surtout s’il est dynamique ! Lire la suite

Covoiturage, freins et opportunités : le cas d’E.covoiturage en Isère

Image

Le covoiturage est une solution de déplacement peu utilisée en dépit de contraintes croissantes liées à l’utilisation de la voiture, notamment la pollution atmosphérique, les embouteillages et les prix de l’essence en augmentation. Covoiturer peut toutefois devenir un réflexe régulier, voire journalier, entre domicile et bureau : au sein des bassins d’emploi de taille importante, de nombreuses opportunités existent de partager le véhicule avec un collègue ou un voisin, pour le bénéfice de chacun. Cela peut-être une alternative valable aux transports en commun : Andrea, ingénieur dans la microélectronique âgé de 25 ans, raconte comment il a pris le bus pendant des années pour se rendre au lycée et à l’université, de sorte qu’aujourd’hui il ne veut pas renoncer à l’emploi de sa voiture, synonyme de liberté. La solution de covoiturage domicile-travail lui semble en revanche séduisante dans la mesure où elle lui permet de concilier convivialité, flexibilité et liberté.

Par ailleurs, alors que les moyens technologiques actuels de géolocalisation ont gagné en précision et les smartphones deviennent des objets du quotidien, certains outils innovants permettent de se déclarer en temps réel passager et conducteur via son téléphone : on appelle cela le covoiturage dynamique. C’est ainsi que Covivo met son expertise au service des usagers du covoiturage à travers un système appelé Covisoft coordonnant la demande et l’offre de place dans un véhicule. Plusieurs expérimentations ont été réalisées sur le territoire national en partenariat avec les collectivités territoriales, notamment dans le Vercors avec le Conseil général de l’Isère dont les enseignements ont montré la nécessité de mettre en place un tel dispositif en zone rurale et de cultiver son acceptabilité sociale ; une nouvelle expérience a débuté lundi 2 avril.

Cette expérience est menée entre Crolles et Grenoble d’une part et Lyon et Bourgoin-Jalieu d’autre part dans l’optique d »associer conducteurs et passagers d’un bassin d’emploi (et bassin de déplacements). Une fois l’inscription réalisée sur le site d’E.covoiturage, il est possible de connaître en temps réel les possibilités de covoiturage avec un système d’identifiant pour le conducteur comme le passager et un paiement en ligne. Outre la sécurité et la transparence du dispositif, l’accent est mis sur la communication : une page Facebook permet d’avoir des informations régulières sur le service, comme les permanences locales. Covoiturer sur deux axes de circulation congestionnés matin et soir devient alors une alternative à la voiture individuelle ou aux transports en commun lorsque l’on a des horaires flexibles et une exigence de liberté comme Andrea, avec une valeur ajoutée certaine : celle d’économie de temps et d’énergie au profit d’une nouvelle convivialité. Ou comment un frein devient une opportunité.

Une expérimentation grandeur nature d’é-covoiturage

Le covoiturage dynamique est un concept de mobilité innovant, qui associe à des technologies (géolocalisation et internet mobile, notamment) un mode de transport à mi-chemin entre le transport en commun et le transport individuel. Les acteurs sur ce segment très particulier sont encore peu nombreux, et les données « en train de se faire ». Le conseil général de l’Isère et son service des nouvelles mobilités, dirigé par Max Lambert, a choisi la start-up alsacienne Covivo pour mener une expérimentation grandeur nature de é-covoiturage sur le Plateau du Vercors. Voici le compte-rendu de mon entretien avec Max Lambert.

Partons du contexte de cette expérimentation : pourquoi a t-elle eu lieu ici, en Isère ?

Le département est à la pointe en termes de création de services pour répondre aux demande de mobilité des administrés. L’Isère est le département qui dépense le plus dans les transports, avec un budget de 150 millions d’euros par an, ce qui en fait le second poste d’un budget totalisant 1,3 milliards d’euros. Les transports en commun tels qu’on les connaît encore montrent leurs limites : leur modèle économique est basé sur 85% de finances publiques alors que certaines lignes de bus roulent souvent à vide ou presque. Il fallait donc trouver autre chose, quelque part entre les transports en commun et le transport individuel. Pour le reste, les entreprises de la région restent dans des offres plus traditionnelles, même si on peut noter la présence d’InnoValley (qui propose une solution de covoiturage anticipé de dernière minute sur iPhone, mais sans se servir de la géolocalisation).

Quel est le principe de cette expérimentation ?

Le covoiturage traditionnel a du mal à décoller. Le principal frein identifié par des études c’est la « garantie de retour » : il est déjà compliqué de trouver des personnes partant du même endroit au même moment, alors exiger ceci sur un aller-retour est presque impossible. Mais si on inverse le problème et que l’on « supprime » ce postulat de départ, on peut essayer de travailler sur des trajets « one-way », grâce au covoiturage dynamique, et en surfant sur la popularité des applications liées à la géolocalisation. C’est dans ce cadre que Covivo a été retenu après un appel d’offres (en compétition avec deux autres concurrents).

Quel apport de Covivo dans ce projet ?

Le produit correspondait globalement à notre demande, mais c’est surtout la souplesse et la motivation inhérentes aux start-up qui a beaucoup jouer dans l’implication de Covivo dans le projet. Ils ont été à fond dans l’expérimentation, de notre côté nous leur offrions une très belle plateforme pour un essai grandeur nature.

Covisoft, le logiciel de Covivo, a t-il évolué pendant ou après l’expérimentation ?

Tout à fait. Il y a eu plusieurs modifications de l’application en cours de route. Une première fois dès l’été 2010, quand nous avions pu tester en interne avec quelques membres de notre équipe en bêta-test l’équipement fourni. Et une seconde fois en cours d’expérimentation, principalement sur des bugs mineurs et des aspects ergonomiques.

Parlons des volumes et des résultats de cette expérimentation (dont le rapport final devrait être disponible fin janvier) ?

Le territoire ciblé était le plateau du Vercors, sur 2 routes d’accès qui disposaient d’un réseau de transport efficace, afin de voir comment une alternative de type covoiturage dynamique pouvait être adoptée. Sur les 10 000 habitants de la zone, 1 000 se sont dits très intéressés et au final 500 se sont inscrits pour le programme (dont 100 « passagers purs » et 400 autres à profil plutôt conducteur). Le problème que nous avons rencontré très tôt, c’était le peu de pénétration des smartphones dans cette population. Nous partions avec une estimation de 20% de personnes équipées, or seul 1% en possédait un. Il a donc fallu acquérir une centaine de smartphones, sans quoi ce « facteur limitant principal » risquait de rendre l’expérimentation non pertinente. Sur ce corpus de 105 utilisateurs, donc, nous avons atteint 80% d’utilisation systématique, et de 10 à 30 mises en relations quotidiennes, ce qui est à la fois faible en volume mais intéressant pour la suite (une autre expérimentation est en gestation).

Quel a été le mode de financement de cette expérience ?

Le Conseil Général a financé 100% du dispositif. Nous avons beaucoup investi en communication « initiale », en nous rendant sur les marchés, dans les foires, dans les entreprises (toutes celles avec un PDE ont été visitées), les cantines… Nous avions prévu cela, en revanche nous avons sous-estimé les moyens qu’il fallait pour animer le dispositif une fois celui ci installé et expliqué aux testeur : une vacataire a été embauchée pour coacher, répondre aux questions sur une hotline dédiée, relancer les utilisateurs qui « oubliaient » l’expérimentation, etc.

Pour plus d’infos, voir le site Itinisère et sa rubrique dédiée à l’expérimentation !

Dynamics Auto

 

Covisoft : le covoiturage dynamique en action

Voici une vidéo de démonstration de Covisoft, l’application d’e-covoiturage développée par Covivo, dont nous vous avons parlé à plusieurs reprises. En combinant technologie GPS, codification des lieux de départ et d’arrivée et l’envoi d’un SMS à un serveur, il est possible d’optimiser la rencontre entre l’offre et la demande de covoiturage.

 

Usage de l’é.covoiturage from Equipe Itinisère on Vimeo.

DynamicsAuto