Le covoiturage grand gagnant du nuage volcanique

A quelque chose malheur est bon puisque la pagaille des transports aériens due au nuage du volcan islandais a bénéficié aux transports alternatifs comme le rapporte Slate :

« Les sociétés de transport routier et maritime font très certainement partie de ceux qui n’espèrent pas que le vent tourne. Eurolines affichait dans la rubrique «News» de son site «Nuage de cendres: voyagez avec Eurolines»!

L’Eurostar entre Paris et Londres a lui aussi été complètement pris d’assaut dès le jeudi et a dû mettre en place 10 trains supplémentaires durant tout le week-end. Il a indiqué lundi que tous ses trains étaient complets jusqu’à vendredi prochain inclus.

SeaFrance, compagnie de ferries entre Calais et Douvres, peut également remercier le volcan-au-nom-imprononçable. Selon sa porte-parole, la société a rouvert les réservations aux passagers piétons face à l’augmentation de la demande. Son trafic a «plus que doublé ce week-end» et  10.000 passagers auraient ainsi été transportés durant cette réouverture exceptionnelle.

Le covoiturage s’est vendu comme l’alternative n°1 ce week-end. Les usagers qui ont cherché la moindre solution pour se déplacer sur le territoire se sont rués sur cette «option communautaire». Selon une représentante du site covoiturage.fr, celui-ci aurait enregistré vendredi une explosion de fréquentation et d’inscriptions. Le site a d’ailleurs lancé un appel aux conducteurs voyageant seuls dans leur voiture pour pouvoir répondre à une demande de passagers qui a augmenté de 100% entre jeudi et vendredi, passant de 300.000 à 600.000. «Nous avons sauvé le week-end de plein de personnes et jusqu’au mariage d’une jeune femme qui a pu se marier grâce au covoiturage.» »

DynamicsAuto

Publicités

Pour une sociologie du covoiturage

Le covoiturage est une tendance forte de nos sociétés préoccupés d’écologie, d’économie et de technologie. Mais qui sont les « covoiturants », ceux qui ont fait de mode de transport alternatif une pratique régulière ? Autonews nous donne un aperçu intéressant du profil des utilisateurs de service de covoiturage, grâce à une étude de la MAIF. Les conclusions de l’étude nous apprennent ainsi que le facteur clé du passage au covoiturage est d’ordre économique, avec 94% des sondés qui s’y sont mis pour économiser. On ne saurait leur donner tort puisque selon notre cas pratique sur un trajet de 30km effectué quotidiennement, le covoiturage permettait d’économiser 1 760€.

D’autres statistiques nous renseignent sur la pratique du covoiturage, utilisé de manière occasionnelle (66%), dans le cadre d’un trajet long (330km) pour aller notamment en vacances (dans 56% des cas). Ceci étant dit, les choses devraient changer avec l’arrivée du covoiturage dynamique, qui, grâce à la géolocalisation et des téléphones portables de plus en plus performants, permettent aux conducteurs et passagers de connaître l’état de « l’offre » de covoiturage en temps réel, sans avoir besoin de passer des appels, de fixer des rendez-vous, etc. Une entreprise comme Covivo propose un service de ce type.


Cette start-up incubée à Sciences Po avec le soutien d’Oseo et de l’Ademe, s’est lancé sur cette part du marché du covoiturage. Dès qu’ils sont connectés au réseau Covivo (via leur iPhone, par exemple), conducteurs et passagers sont informés en temps réel des possibilités de covoiturage. Cette innovation, portée par deux Lorrains, Matthieu Jacquot et Marc Grosjean, est également soutenue par la région Lorraine.

L’étude de la MAIF poursuit son profiling : le covoitureur est jeune (60% ont moins de 30 ans), le conducteur plus agé (un tiers de plus de 40 ans) que les passagers (40% d’étudiants et 60% de « sans-permis »). Les contraintes traditionnelles du covoiturage (problèmes d’horaires, trajets « fixes ») sont perçus par 20% des utilisateurs, mais là encore, le covoiturage dynamique devrait changer la donne. Gageons qu’une prochaine étude de ce type apportera des résultats différents, comme le fait que les covoitureurs d’aujourd’hui et de demain seront des personnes technophiles, qui se servent des nouvelles technologies pour améliorer leurs trajets au quotidien. Les quelques 3 millions de Français qui pratiquent le covoiturage devraient donc bientôt être rejoints par d’autres !

DynamicsAuto

Source : http://www.autonews.fr/Dossiers/Votre-quotidien/covoiturage-153496/

Source : http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=car-pooling-to-combat-traffic-congestion-2009-12-10